• concert.jpg  
  • dini.jpg  
  • foule-en-delire.jpg  
  • parc-expo.jpg  
  • paysage-beaujolais.jpg  
  • photo02.jpg  
  • pont-beauregard.jpg  
Vous êtes ici : Accueil Capitale du
Beaujolais
Un peu d'Histoire
feed-image RSS
Un peu d'Histoire

Les fruits d'un riche passé industriel

Victor VERMOREL, inventeur du pulvérisateur

Une longue tradition d'innovation et de développement industriel

Grâce à sa position stratégique et à des précurseurs de génie, Villefranche s'est vite affirmée comme une pionnière dans le domaine de l'industrie. Ainsi, Victor VERMOREL (cf. photo), inventeur d'un type innovant de  pulvérisateur : l'Eclair, Joannès SABOT, créateur du vêtement de travail,

SUITE

La tradition Conscrits

Une tradition unique en France. Nulle part ailleurs, la fête des Conscrits n'a pris une telle ampleur. Ici, elle cimente les générations à travers une amitié quasi indéfectible, élevée, depuis plus d'un siècle, au rang d'une institution. Entre conscrits de même classe, on se tutoie sans distinction sociale, on s'épaule en cas de difficulté. "Conscrit un jour, conscrit toujours" dit-on. Mais attention ! cela ne concerne que les messieurs.Tradition, oblige!

SUITE

Histoire de savoir...

Histoire de savoir...

VILLEFRANCHE, une ville conquérante

Sa devise : Espérance

Selon les désirs des sires de Beaujeu qui l'ont créée en 1140 sur un fond de plaine marécageuse, Villefranche avait initialement vocation à contrecarrer les prétentions hégémoniques des puissants archevêques-comtes de Lyon. De plus, il semblait important à cette illustre famille de posséder une cité mieux située que leur capitale, Beaujeu. L'emplacement de la Tour de péage allait en constituer le noyau à la croisée des routes Lyon-Langres et Roanne-Saône (gué de Riottier).

Une expansion continue

Pour peupler cette jeune cité cernée de fortifications et de fossés, les seigneurs accordèrent aux habitants divers avantages, "les franchises" : le statut d'homme libre et l'offre d'un terrain. L'impôt unique était calculé d'après la largeur de la façade des maisons. L'octroi de la charte définitive par GUICHARD V date de 1260 (d'où le nom de Ville-Franche). En 1370, les habitants obtiennent le droit d'élire quatre échevins qui géreront la communauté avec droit de sceau. La commune était constituée. Elle s'articulera vite autour de la collégiale Notre-Dame des Marais dont la construction débuta au XIIIe siècle.

Terre d'échanges

Installée sur le tracé de l'ancien chemin de Bourgogne, reprenant lui-même celui de la voie romaine d'Agrippa, Villefranche fut de tous temps un lieu de passage et de négoce ouvert sur l'extérieur, trait d'union entre les coteaux du Royaume et les étangs de l'Empire. Pendant longtemps, la très large grand-rue (devenue rue Impériale, puis rue Royale avant d'être baptisée Nationale) abritera un immense marché qui fit la renommée de la ville. Elle se développera donc sur ce tracé longiligne bordé d'échoppes en bois. Au XIVe siècle, la ville fut relativement épargnée par les pillards de la guerre de Cent Ans. Elle fut néanmoins assiégée en 1412 et 1465 au cours de guerres locales et en 1562 par les troupes protestantes du tristement célèbre baron des Adrets.

Anne et Pierre DE BEAUJEU vont combler Villefranche de leurs largesses au XVe siècle. La jeune cité ne tardera pas à supplanter son aînée, Beaujeu. Enrichis par le commerce des toiles, les bourgeois de cette cité prospère firent ériger de belles demeures Renaissance au XVIIIe siècle, caractéristiques avec leurs cours intérieures.

L'époque contemporaine

Elle perdra ses remparts après la Révolution, signe de la survenance des temps modernes. De fait, la ville fut à la pointe de la révolution industrielle avec, pour fer de lance, les industries métallurgique et textile. Joannès SABOT, inventeur du Bleu de travail, et Victor VERMOREL, inventeur du pulvérisateur à vigne, contribuèrent à la renommée de la ville. Le pharmacien JACQUEMAIRE fut à l'origine d'une recette d'aliments qui continue à régaler des millions de nourrissons. Depuis, l'agro-chimie, les BTP, l'électro-mécanique sont venus diversifier le tissu industriel caladois.

L'ouverture de la liaison ferroviaire Lyon-Paris en 1854 a accentué son rayonnement marchand. Aujourd'hui conforté par le réseau autoroutier, l'axe nord-sud (rail/route/eau) a toujours servi le développement de Villefranche.

Le passé à l'honneur

Malgré le travail séculaire de l'érudite Académie royale, trop peu de gens savent encore que Villefranche recèle d'un patrimoine architectural dont la richesse n'a rien à envier au quartier St-Jean de Lyon construit à la même époque. Depuis les années 80, la ville s'est engagée dans un vaste programme de réabilitation urbaine qui offre aux yeux des visiteurs un éventail toujours plus grand de demeures et de cours renaissance signalées aux visiteurs par une signalisation piétonne.

Les installations récentes d'une Maison du Tourisme et d'une Maison du Patrimoine viennent comme autant d'illustrations d'une forte volonté municipale de valorisation du passé de la ville dont l'ancien Hôtel-Dieu et la collégiale Notre-Dame constituent les fleurons.

A découvrir

Ancienne mairie (816 rue Nationale)

Collégiale ND des Marais (rue Nationale)

Cour Henri IV (124 rue Déchavanne)

Les Fleurons (125 rue Corlin)

Maison de la Bessée (638 rue Nationale)

Maison de bois (514 rue Nationale)

Maison de l'Italien (407 rue Nationale)

Maison Dephelines (375 rue Nationale)

Maison des Bourbon (834 rue Nationale)

Maison Giliquin (passage de l'ancienne mairie)

Maison Roland (793 rue Nationale)

Maison de la Tourelle (761 rue Nationale)

Hôtel Gayand (place des Marais)

Hôtel Mignot-de-Bussy (523 rue Nationale)

La Coupe d'or (528 rue Nationale)

Pour en savoir plus, rendez-vous auprès des organismes sus-cités (rubrique Culture-Tourisme).

porche

VILLEFRANCHE, une ville conquérante

 

La devise : Espérance est la devise des Bourbons qui furent les suzerains de la ville au même titre que d'autres régions et villes de France.

Selon les désirs des sires de Beaujeu qui l'ont créée en 1140 sur un fond de plaine marécageuse, Villefranche avait initialement vocation à contrecarrer les prétentions hégémoniques des puissants archevêques-comtes de Lyon.

SUITE


 


logo-aj2l Conception réalisation AJ2L-Informatique 2013 ©