Le projet Ecoquartier

La Ville de Villefranche a initié le projet urbain Monplaisir en 2011. Depuis, l’Ecoquartier Monplaisir est né. Labellisé Ecoquartier, l’extension du centre-ville permet le développement d’une mixité sociale et générationnelle.

Le quartier Monplaisir se situe à proximité du centre ancien, ce site de 8,9 hectares est répertorié dans les documents de planification urbaine comme un enjeu fort du développement urbain de la capitale caladoise. La restructuration s’impose pour ce secteur très central mais resté sous densifié (en termes de logements, voiries, espaces publics qualitatifs, commerces).

La volonté de diversité immobilière, générationnelle et sociale a présidé à l’élaboration du projet. L’Écoquartier comprend logements collectifs et maisons individuelles mitoyennes, locatif et accession privée ainsi qu’une résidence sociale pour séniors.

Cette mixité se traduit également par l’implantation d’activités diverses : l’institut medico-éducatif de l’association l’AGIVR (association à destination des personnes en situation de handicap) qui jouxte les locaux de la Maison du Rhône issue du regroupement de trois établissements existants et ceux du CCAS. Un immeuble de bureaux prendra bientôt place à l’angle de la rue Monplaisir et de la rue de la Quarantaine, et le bâtiment ex Marduel sera réhabilité pour accueillir des activités tertiaires. Trois établissements de restauration sont également venus compléter le CGR afin de constituer un pôle d’animation.

Pour accueillir toutes ces activités un parking en silo de 365 places a été construit. Une attention particulière a été portée sur la conception des espaces publics, ainsi il n’y aura aucun stationnement sur la voirie. Les déplacements doux ont été favorisés par des liaisons bus, des cheminements piétonniers, et des espaces vélos. L’écoquartier s’articule donc autour d’un vaste parc central de près d’un hectare, dont la gestion s’est conformée au cahier des charges Ecoquartier.

L’Ecoquartier Monplaisir est l’occasion pour la collectivité de développer des innovations dans les modes de vivre et de construire la ville de demain, notamment avec l’anticipation des règlementations à venir en termes de performance énergétique et réduction des émissions carbone dues à la construction.

Les logements construits respectent déjà les futures réglementations thermiques (RE2020), permettant de stocker du carbone dans la construction en intégrant le bois dans leur structure (minimum niveau 1 du label bâtiment biosourcé) et font appel à des matériaux de production locale. Pour répondre aux engagements du label le confort acoustique, la sobriété énergétique et la biodiversité sont les maitres mots de ce projet.

La commune de Villefranche s’est engagée dans une démarche de labélisation Ecoquartier de ce projet dès son lancement (fin 2014), et s’est vu attribuer la labellisation étape 2 en début d’année 2021.

Le label écoquartier est organisé en quatre étapes qui permettent d’analyser toutes les phases de vie du projet : Etape 1 Ecoquartier en projet – Etape 2 Ecoquartier en chantier – Etape 3 Ecoquartier livré – Etape 4 Ecoquartier confirmé.

Pour candidater la collectivité doit répondre aux 20 Engagements de la démarche Ecoquartier via une plateforme en ligne. Une fois le dossier de labellisation complété, un réseau d’expert est chargé d’analyser les projets candidats. Le rôle des experts est de produire un avis argumenté sur la pertinence des réponses apportées aux 20 engagements de la charte ÉcoQuartier à partir du dossier de labellisation, des échanges avec les porteurs de projet et de la visite sur site. À chaque étape de labellisation, les experts identifient les points forts et proposent des pistes d’amélioration, qui ont vocation à être communiquées au porteur de projet à l’issue de la campagne de labellisation.

Revenir en haut de page